Accueil  >Ail de Lomagne > Culture de l'Ail

 

CULTURE DE L'AiL

L'AIL BLANC DE LA LOMAGNE

L'ail de Lomagne, le plus gros avec sa couleur blanc nacré, est le fruit d'une rencontre entre un terroir et un produit apprécié par tous les peuples.
L'ail est chez lui en Lomagne. Il trouve chez les agriculteurs toute l'attention qu'il mérite : culture, récolte, séchage, pelage, tressage. Quand aux terres argilo-calcaires, elles offrent les meilleures conditions pour développer ses exceptionnelles qualités.

UNE TRADITION ANCESTRALE

Depuis le Moyen-âge, on trouve en France des traces de la culture de l’ail:
Il est faux de prétendre, comme le veut une légende tenace, que ce furent les croisés qui ramenèrent l’ail d’Orient. S’il est vrai que Louis le Pieux, fils de Charlemagne, en ordonna la culture dans les jardins royaux, et sur les conseils de son médecin, l’ail était connu des Gaulois qui le cultivaient avec bonheur et en faisaient une grosse consommation. Jean- Paul Clébert: Le livre de l’ail p.10

Longtemps traditionnelle, cette culture fut en Lomagne essentiellement destinée à la consommation familiale et locale. Peu de rendement, tonnage insuffisant et vente des surplus au marché traditionnel sont les caractéristiques essentielles de ce mode de culture.

Un érudit local, Pierre Gairin, signale qu’en date du 6 septembre 1265, il est fait mention de redevances sur le jardinage concernant la culture des poireaux, de l’ail, des oignons, des choux et des fèves, d’après l’analyse faite par l’abbé Galabert des Coutumes du village de Gariès (mentionné dans le bulletin du Comité des travaux historiques de 1896, p.567, article 14). Cette information a été reprise dans le livre de Mireille Mousnier La Gascogne toulousaine aux 12è et 13è siècles. Presses universitaires du Mirail.
L’ail a sa place dans les proverbes traditionnels qui peuplent les almanachs et les veillées, égrenant conseils et recettes à l’intention du monde rural. ( proverbes cités par le Docteur PEYRE Sur les Allium et les Aulx Paris Melun, 1946 p 50 )           


Sait-on à quel moment l’ail doit être planté ? Un proverbe le dit :
A sent Loup, l’ahl al souc
A saint Leu, l’ail doit être en terre (c’est à dire au premier septembre)
Or au mois de mai, les Aulx mûrissent vite :
Quand saren au més de mai, léis aï s’abrivaran maï
A la condition que leur tige, dés qu’ils sont près de mûrir, soit nouée à la bonne période:
L’alh cal qué siague estacat al més de maï
Cependant Noël ne veut pas rencontrer l’ail à la maison et Saint Jean ne veut pas le voir au jardin :
Nadal Ne bol pas trouba l’al A l’oustal, Ni sent Jean, al casal!

Mais, au cours des années cinquante, les choses changent à Beaumont avec l’affectation de Mr SALOMON, conseiller au FOYER DE PROGRES AGRICOLE avec mission, entre autres, de rénover, améliorer et promouvoir la culture de l’ail, richesse naturelle de ce terroir.

La création en 1959 du CETA, le Centre d’Etudes Techniques Agricoles, dont le premier président est Roger Dabasse, d’Esparsac sonne une nouvelle ère.
En 1961, le regroupement des producteurs d’ail qui réunit autour de M. Georges Cayron, de Faudoas, une centaine d’adhérents, permet de fixer de nouveaux objectifs pour la culture de l’ail : atteindre une certaine qualité pour le produit, et le commercialiser dans de meilleures conditions. (Syndicat agricole départemental).

UN PRODUIT DE QUALITÉ

Pour fabriquer un produit de qualité

Création d’un réseau d’échanges :
Entre les producteurs du terroir par le biais du CETA et du syndicat, mais aussi entre les producteurs et les ingénieurs agronomes qui font des recherches sur les fruits et les légumes, et notamment sur l’ail.
Mise en place d’essais comparatifs tous les ans au sujet de tous les problèmes culturaux de l’ail : maladies, semences désherbants en relation avec les ingénieurs de l’INRA à Monfavet (Vaucluse) et à Balandran (Hérault) sous la responsabilité de M. Messiaen.

Création et mise en place des premiers clones de semences et de nouvelles variétés plus performantes Blanc de la Drôme sortis de Balandran Thermidrôme (C6), Messidrôme (C 10) pour l’ail blanc et Germidour pour l’ail violet.
  Avec les producteurs étrangers à la région et à la France, essentiellement ceux de la Drôme et de l’Auvergne, les Italiens et les Espagnols

Organisation de voyages d’études annuels à Monfavet, Balandran (réunions techniques) et chez les autres producteurs d’ail : à Clermont Ferrand en 1960, à Lautrec, 1963, dans la Drôme et en Provence avec visite des marches de Cavaillon et Châteaurenard. A l’étranger, en Italie en mai 1968 à Adria et à Rovigo en 1981, à Chinchon en Espagne en 1975 et 1976.

  Organisation de journées nationales et internationales de l’ail.
1966 : Organisation à Beaumont des premières journées nationales de l’ail par le CETA et le GNIS, les Services Agricoles, avec l’aide de la Mairie de Beaumont et les meilleurs techniciens spécialisés : 40 participants
1974 : Organisation à Beaumont des deuxièmes Journées Nationales de l’ail par le CETA, les Services Agricoles et la Mairie de Beaumont avec visites techniques chez les membres du groupe et démonstration du séchage de l’ail à Mangon : Esparsac 500 participants de toutes les régions de France et les représentants techniques concernés visitent le premier séchoir de plein vent
Mr Max SALOMON, nommé professeur à Capou, est remplacé au CETA par Georges DUPUY technicien aux Etablissements DURAN
1980: Organisation des premières Journées Internationales de l’ail à Beaumont par la chambre Régionale d’Agriculture, la SOPEXA à l’initiative d’AGRIMIDI, la page verte agricole de La Dépêche du midi , Le Comice agricole et la Mairie de beaumont. Avec les représentants des producteurs Italiens, espagnols et français débats sur tous les problèmes de l’ail et la conclusion du jumelage Monticelli/Beaumont Journées Internationales organisées en mars 1981 en Italie , et en France en Septembre 1981, par le comice Agricole et le CETA.

CONDITION DE LA CULTURE

Améliorer les conditions de cultures
L’analyse du cycle végétatif de l’ail permet de mettre en place des techniques de production tenant compte de la nature du sol et des besoins de la plante elle-même, donc d’obtenir des produits de meilleure qualité

Le système de la rotation des cultures et la fertilisation des sols Des études successives ont permis de mieux connaître les exigences de la plante et différents essais génèrent des conclusions quant aux conséquences de la fumure et de l’irrigation sur les rendements
L’ail ne doit pas être replanté dans les mêmes champs. De multiples essais de rotation des cultures ont permis de dégager les précédents à éviter :(ail, échalote, poireaux, luzerne,avoine) qui sont générateurs de maladies pour l’ail et les meilleurs précédents, essentiellement les céréales.

La sélection des semences et la lutte contre les maladies de l’ail
La sélection des semences qui permet de ne planter que des ails indemnes de toutes maladies s’est imposée peu à peu comme le seul moyen de lutter efficacement contre les maladies de l’ail : Nématodes, Teigne du poireau, Mouche de l’oignon, Mosaïque, pourriture blanche, verte ou grise....
En 1970, le CETA participe à la création de la PROSEMAIL ( 4 avril 1970) à Valence ( Drôme) chargée de la production et des contrôles des semences certifiées de l’ail (Président : M. MOLLE de la Drôme, vice président DABASSE Roger, d’Esparsac).
  La thermothérapie : En 1979, suite aux attaques de Nématodes, particulièrement redoutables pour l’ail a été créée la Thermothérapie, traitement des semences par la chaleur copié sur le séchage des bulbes des tulipes en Hollande

Les désherbages sélectifs, les techniques de séchage et de conservation donnent lieu à de multiples essais et expériences sur le terrain . Ces expériences permettent de mettre au point des techniques de fumure , de rendement qualitatif, d’arrosage et de désinfection des sols.

MÉCANISER LA CULTURE DE L'AIL

La plantation
1964 organisation d’une démonstration de plantations mécaniques de l’ail (400 participants) à Esparsac.
C’était la première planteuse inventée à partir d’une planteuse polyvalente destinée au tabac, aux pommes de terre et qui a été adaptée à la culture de l’ail. On a vu ensuite apparaître les planteuses pneumatiques qui fonctionnent par aspiration.
La récolte :
Des essais d’arracheuses à courroies convergentes paraissent convainquant: ce sont des machines simples qui soulèvent la plante sans mutiler les bulbes
La première arracheuse a été copiée sur une arracheuse à poireaux. Aujourd’hui, il existe des machines qui sont capables d’arracher l’ail en queue ou bien de l’équeuter, suivant l’usage que le producteur veut ensuite en faire.
Le séchage
1969 : Expérimentation de séchage de l’ail par ventilation chaude ( chez Mr Lacourt Marius à Marignac) avec les services du Ministère de l’Agriculture.
Cette technique a été abandonnée parce que la rentabilité était mauvaise.
Aujourd’hui, on pratique plutôt le séchage dynamique, à plat ou en pallox (caisses de bois grillagées) copié sur le séchage des bulbes de tulipe en Hollande. Cette technique permet d’obtenir une meilleure rentabilité et une meilleure qualité de l’ail.

RENOUVELER UNE IMAGE

Renouveler l’image de l’ail : l’ail s’expose
Le stand de Beaumont au salon de l’agriculture à Paris 1960 à 1969

Les concours :
1961 : Organisation du 1er Concours de la plus belle gerbe d’ail blanc avec le concours de la municipalité de Beaumont.
1963 : Organisation de la première Foire concours de l’ail avec le Comice Agricole, le syndicat d’initiative et la municipalité de Beaumont sous l’autorité de Mr TELLIEZ, ingénieur agronome aux Services Agricoles de Montauban.
Depuis, tous les ans à la Foire de Septembre a lieu le concours de l’ail. Toutes ces expérimentations sur le terrain ont fait avancer la culture de l’ail et notamment permis l’émergence de deux clones d’ail issus des variété locales, qui furent très longtemps des vedettes de la culture de l’ail et ne sont toujours pas dépassées: CORAIL et JOLIMONT
Aujourd’hui, l’expérimentation sur le terrain a été abandonnée au profit d’une recherche ultra spécialisée, professionnelle que prend en charge le CEFEL : Centre d’Expérimentation de Fruits et Légumes, basé à CAPOU, à Montauban.

Site généré avec le CMS UTOPIA développé par In-Cité Solution pour le CDG82 dans le cadre du PRAi