Accueil  >Ail de Lomagne > Historique

 

HiSTORiQUE de L'AiL

 

 

L'AIL UN SACRE CONDIMENT

Nul ne savoure la vie comme l'ail. Plante millénaire connue de tous les peuples depuis la plus haute antiquité, l'ail de Lomagne, champion des condiments, parfume la vie d'une odeur de fête. Traditionnellement, il revêt son habit de gala de juillet pour une grande liesse populaire, la fête de l'ail de Beaumont de Lomagne.

 

 

AIL DE LEGENDE

Ses pouvoirs merveilleux ont fait considérer l'ail comme une panacée universelle. Dans les régions hantées par le fantôme de Dracula, il est réputé n'avoir pas son pareil pour chasser les vampires. Dans le monde antique, il exaltait la puissance des constructeurs de pyramides et des lutteurs, mais on lui attribue aussi des vertus plus coquines. Sorte de Viagra historique, il fut, dit-on, à l'origine de la puissance d'Henri IV qui en faisait une consommation non modérée

DEPUIS L'ANTIQUITE LES MEDECINS DE L'AIL

Chaque époque a trouvé, grâce aux vertus de l'ail, des remèdes à des maux. Celse, surnommé par les romains le Cicéron de la médecine, le grec Discoride, le célèbre Hippocrate sans négliger l'illustre Avicenne et Galien lui-même, tous les médecins antiques lui ont reconnu des vertus contraceptives, bactéricides, diurétiques, laxatives, vermifuges, anti-toux... Aujourd'hui, ce sont les effets protecteurs de l'ail contre les maladies cardio-vasculaires qui intéressent nos chercheurs.

HISTORIQUE DE L'AIL DANS LE MONDE

Découvert à l’état sauvage dans la vaste steppe Kirghize qui s’étend entre l’Oural et l’Irtych, l’ail a été très tôt cultivé. Il s’est lentement répandu vers l’ouest, contournant la mer Caspienne, au Nord vers l’Europe Centrale, au Sud vers l’Iran et les pays Méditerranéens emporté par de nombreuses migrations des populations de l’Asie Mineure  »
(Jean Paul CLEBERT : Le livre de l’ail Ed Barthélemy) Originaire des steppes de l’Asie Centrale , il fut cultivé en Chine, Mésopotamie, Egypte. (Jean marie PELT Des Légumes.)

En Sibérie, les Chamans en usent pour parvenir à l’extase, guérir les infirmes, rajeunir les vieux. (Clébert p 22)

« Le hiéroglyphe égyptien de l’ail se lisait aaqi, alli, allium en langue romaine signifie : odoriférant.
En langue celtique, ail/all a le sens de chaud ou brûlant En Egypte, dès l’époque pharaonique, on remarqua sa valeur alimentaire et ses propriétés nutritives. L’historien grec Hérodote rapporte que les manoeuvres qui construisaient les pyramides recevaient quotidiennement d’importantes rations d’ail qui leur donnaient la force nécessaire à ce travail épuisant.

Chez les Assyriens et les Babyloniens également, l’ail et l’oignon crus, accompagnés de galettes, formaient l’essentiel de la nourriture de ceux qui travaillent sur les « chantiers ». Il semble que l’ail ait été déjà présenté sous la forme de tresses qui, suspendues et aérées, lui assurent une bonne conservation.

Les Athéniens, qui consommaient beaucoup d’ail, l’appelaient la rose puante. Les lutteurs, avant de se présenter dans l’arène, en mâchaient quelques gousses crues pour se donner force et courage. Ainsi feront les gladiateurs romains.

Dans la mythologie Grecque, l’ail est fécondé par les naseaux du taureau mithraïque, comme les fruits le sont par ses cornes, le vin par son sang, les céréales par sa queue et la race bovine par son sperme. (CLEBERT p 9 et 10)

Dans les acharniens, Dicéopolis se croit perdu et incapable de garder sa vigueur parce qu’on lui a volé son aïl :
« - Ah malheureux, dit-il, je suis perdu : les Odomates m’ont volé mon ail! Voulez-vous bien me rendre mon ail !
-Misérable! lui répond Théodorus, garde toi d’attaquer des hommes qui ont mangé de l’ail!



Puis dans les Chevaliers (du même auteur), la démonstration que l’ail donne de la vigueur dans les combats se poursuit :
Le Choeur, au charcutier- Tiens, prends cette graisse et frotte t-en le cou, afin que la calomnie n’ait pas de prise
Le charcutier - Vous avez raison : on en use ainsi dans la lutte.
Le choeur - Prends aussi cet ail et avales-le
Le charcutier - Pourquoi ?
Le choeur - Pour avoir plus de force dans les combats ! (PEYRE p 18) « Le sévère Talmud reconnaissait déjà que l’ail rend le sperme plus abondant. Il est vrai que le code hébreu y voyait un effet bénéfique sur la procréation plutôt que le plaisir conjugal » (CLEBERT p79)

« Les hébreux l’utilisèrent contre le Simoun, vent chaud et sec. En se frottant les lèvres et le nez pour sortir en été et ne point souffrir sous l’haleine du vent »
(F Vigouroux : Dictionnaire de la Bible) La soupe de la mariée
« L’aillade a toujours été populaire, quasi liturgique. Autrefois, c’est elle qu’on apportait aux jeunes mariées, vers la minuit (l’heure où l’on présume qu’ils ont pas mal mis la main à la pâte), en cérémonie (quelque peu carnavalesque) en chantant à travers le village: anan pourta l’aillado as nobit ora pro nobis ... Le prophète Mahommed préconise l’ail contre les morsures de vipère ou les piqûres de scorpion . (CLEBERT P53)

On sait que les gladiateurs et les soldats romains étaient grands consommateurs d’ail réputé leur donner des forces. Une anecdote montre que cette réputation lui est restée puisque le Dr Peyre signale qu’au début du siècle, un livre à l’usage des cuisiniers militaires ne donne pas moins de 60 recettes à l’ail sur les cent qui y sont citées. En somme, ce condiment quelque peu odorant était considéré comme le condiment des vrais hommes et des champions. Numa Baragnon, l’ancien ministre, prétendait en 1905:
" Je sais ce qu’était la fameuse ambroisie dont se nourrissaient les dieux. Il affirma tout bonnement que c’était une mayonnaise à l’ail " .
(Léo Larguier, cité par Clébert. p111) Manger celui que les romains appelaient la Rose puante devient aujourd’hui l’apanage des gourmets et de ceux qui veulent préserver leur santé. Produit sain , lié au soleil et au bonheur de vivre, plante qui favorise la longévité, l’ail est sans nul doute le champion des condiments après avoir été, de tous temps, le condiment des champions

 

DE L'AIL A L'ELYSEE

 

« Lorsque le président Fallières (du Lot et Garonne) recevait ses amis du Sénat toute la rue Vaugirard sentant le gigot à l’ail.
Et quand il fût élu Président de la République ce fût tout l’Elysée qui en fût parfumé. (CLEBERT P 94)
Produit précieux, cher à produire et à conditionner, l’ail ne cesse depuis l’Antiquité de défrayer la chronique .

Est-ce un effet de cette littérature, l’image de l’ail autrefois liée aux classes populaires est en train de changer.
Les livres abondent qui citent l’ail comme une panacée universelle bon contre tous les maux. Leurs titres parlent d’eux-mêmes. Citons, pour exemple




« VERTUS ET SECRETS DE L’AIL »
« LES POUVOIRS MERVEILLEUX DE L’AIL »
« LE MIEL, LE VINAIGRE ET L’AIL, un trio miracle offert par dame nature ».

Site généré avec le CMS UTOPIA développé par In-Cité Solution pour le CDG82 dans le cadre du PRAi