Accueil  >Cartulaire > Cartulaire page par page > de la Page 20 à la page 29

 

LE CARTULAIRE

Page 20

faciendum; et omnia alia universa et singula faciendi procurandique veri et legitimi possunt et debent facere procuratores, syndici vel actores, et que nos faceremus si presentes personaliter interessemus et que mandatum exhigunt speciale seu eciam generale, ratum et firmum perpetuo habituri quidquid per dictos procuratores syndicos seu actores, vel per substitutum seu substitutos ab eis actum fuerit seu etiam procuratum, promittentes tibi, Deodato Genebra, notario infra scripto, pro parte adversa et pro omnibus illis quorum interest vel interesse potest, vel intererit in futurum, sollempniter stipulanti sub ypotheca et obligatione omnium rerum nostrarum, pro eisdem procuratoribus nostris, syndicis vel actoribus vel eorum quolibet et pro substituto seu substitutis ab eis, si necesse fuerit, judicatum solvi cum suis clausulis omnibus universis. Relevantes dictos procuratores nostros syndicos vel actores et substitutum, vel substitutos ab eis in bonis nostris ab omni honere satisdandi. Item dicimus et volumus quod procuratores nostri syndici vel actores per nos factos seu constitutos remaneant in suo robore duraturi, non credentes ipsos per istos aliquatenus revocare. Hoc fuit factum apud Bellummontem, in platea, coram ecclesia dicti loci, XV° die exitus mensis decembris, regnante Philippo rege Francorum, Bertrando, episcopo tholosano, anno ab incarnatione domini millesimo ducentisimo septuagesimo octavo. Hujus rei sunt testes dominus Jacobus de Verneto, presbiter; magister Arnaldus Durandi, jurisperitus ; magister Johannes Syrogici; Ramundus de Celh, Vernetus clerici, et ego Deodatus Genebra,

Page 21

publicus bastite Bellimontis notarius, qui rogatus et vocatus cartam istam scripsi, et signo meo signavi. Testes autem predictorum omnium dominus Guillermus, abbas Bellepertice ; dominus Sicardus de Bartis, prior de Lomberiis; dominus Bernardus Astaraguesii, prior Insule ; dominus Olivarius, prior de Noerio, in ecclesia tholosana; Petrus Andree; Guillermus de Verduno ; Estoldus Gasto, et ego Poncius Blancardi, clericus et notarius reverendi in XPO patris predicti domini episcopi tholosani, qui predicta scripsi rogatus et vocatus a predictis procuratoribus, syndicis vel actoribus universitatis bastite Bellimontis.

IV

SENTENCE
rendue par Bertrand, évêque de Toulouse, en conséquence des pouvoirs qui lui avaient été conférés par les syndics de la Bastide-deBeaumont, en vertu du titre qui précède. Il est ordonné aux habitants de payer à l'église : la dixième partie du blé et du vin ; la trentième partie des prémices; la douzième partie du foin; 6 deniers toulousains pour chaque jeune poulain; 4 deniers par chaque petit mulet, âne ou veau; un porcelet pour deux portées de truie ; sur le jardinage, ce qui sera nécessaire, de chaque légume, aux besoins du chapelain et de sa maison pendant une journée; sur le jardinage mis en vente, la dixième partie; sur sept oies et au-dessous, une pite ou obole tournoise pour chacune ; sur 8, 9 ou 10 oies, une oie; sur 11 oies et plus jusqu'à 16, une oie sur dix et une pite pour chacune des autres; sur 16 oies, deux, et ainsi de suite; sur une brebis et son agneau 3 oboles toulousaines ou 3 deniers tournois. Il sera dû, pour chaque mariage, 12 deniers toulousains au chapelain. A la mort d'un noble, chevalier ou femme d'un chevalier, le chapelain aura droit à un vêtement complet, le meilleur que le défunt aura laissé. Enfin, si le mort n'est pas noble ou chevalier ou femme de chevalier, le chapelain prélèvera le meilleur vêtement.

1er Février 1275 V. S.

Anno domini millesimo ducentesimo septuagesimo XV°, kalendas febroarii, Philippo, rege Francorum regnante, et Bertrando, episcopo tholosano. Noverint universi quod cum questio, discordia seu controversia fuisset, ut dictum fuit, inter homines bastite Bellimontis supra Gimonam ex una parte, et ecclesiam seu capellanum dicti loci ex altera super prestationem decimarum.et primiciarum bladi, vini, feni, carnalagii, et eorum que sub carnalagiorum nomine continentur, mortalicia, nuptiis et juribus omnibus ecclesiasticis et ad ecclesiam seu jus ecclesiasticum pertinentibus, et predicti Guillermus Pinchenerius et Sarracenus de Morneda, procuratores, syndici seu actores dicte universitatis et hominum Bellimontis, tam nomine suo quam nomine universitatis, se supposuissent dicto ordinationi seu voluntati reverendi in XPO patris domini Bertrandi, dei gratia episcopi tholosani, super predictis omnibus et singulis, prout hoc plenius 

Page 22

continentur in instrumento per me Poncium Blancardi, notarium publicum dicti domini, superius annotato seu scripto, idem dominus episcopus ad instanciam et requisitionem predictorum procuratorum, syndicorum seu actorum ad dictum ordinationem seu pronunciationem et voluntatem processit in hunc modum.

Nos, Bertrandus, dei gratia episcopus tholosanus, auc. toritate et potestate nobis data et concessa a dictis Guillermo Pinchenerio et Sarraceno de Morneda, procuratoribus, syndicis seu actoribus dicti loci, et ut ordinarius pro bono pacis, volumus, ordinamus, dicimus et pronunciamus et precipimus quod predicti Guillermus et Sarracenus et tota universitas et homines dicte universitatis et quilibet ipsius universitatis bastite predicte qui ibi nunc sunt seu morantes erunt aut in futorum morari contigerit, prestent et dent seu solvant libere et sine contradictione capellano et ecclesie bastite Bellimontis seu rectori ipsius ecclesie, rectam decimam bladi in garba et vini, scilicet decimam partem bladi et vindemie et primiciarum, scilicet triscesimam partem pro primicia. Item volumus, ordinamus, precipimus et mandamus quod de feno dent et solvant duodecimam partem pro decima et primicia. Item volumus, dicimus, ordinamus, precipimus et mandarnus quod de pultis equinis dent et solvant pro decima sex denarios tholosanos pro quolibet, et de pullis mulatis et asininis et de vitulis pro quolibet quatuor denarios tholosanos.

Item de duabus porcellatis, unum porcellum uno anno de prima parcellata, et in secundo

Page 23

de secunda porcellata. De ortalicio vero dent et solvant pro decima et primicia sernel in anno tantum quod sufficiant dicto capellano et sue familie ad opus unius diei, scilicet de genere unius ortalicii nisi quis faceret ad vendendum. Si veto aliquis vel aliqua dicte universitatis faceret ortalicium id vendendum det et solvere teneatur rectam decimam.

Item dicimus, volumus et ordinamus de anceribus, quod si fuerint septem anceres, seu infra, quod dent et solvant, et pro quolibet, unam pictam seu obolum turonensem. Si vero quis habuerit octo anceres ,aut novem, sive decem, quod solvat rectam decimam de illis octo aut novem sive decem. Si vero habeat undecim aut plures usque sexdecim, quod solvat rectam decimam de decem, et de illis que plures erunt a decem usque sexdecim, solvat et det pro quolibet unam pictam. De sexdecim autem anceribus solvat duos et sic ascendendo super viginti et supra etiam, ut dictum est, de octo et novem et decem et pluribus.

Item volumus, dicimus et mandamus quod solvant et dent de ove, cum fetu suo, tres obolos tolosanos, sive tres turonenses denarios; de capra cum fetu suo, unum denarium tholosanum.

Item dicimus, volumus, precipimus et ordinamus de nuptiis, quod dentur et solvantur capellano duodecim denarii tholosani pro nuptiis recepta benedictione nuptiali, pro reffectione unius diei. Ceterum de vestibus mortuorum, dicirmus, volurnus, ordinamus et pronunciamus quod si mortuus

Page 24

aut mortua fuerit nobilis sive miles, aut uxor militis, capellanus habeat meliorem vestem completam. De aliis vero qui non sunt nobiles aut milites, vel uxores militum, capellanus predictus habeat unam vestem meliorem. Et hec predicta omnia et singula mandamus et precipimus, sub pena centum marcharum, predicta volumus et ordinamus et servari mandamus et compleri vobis predictis Guillermo et Sarraceno procuratoribus, syndicis seu actoribus prefatis et tota universitate (sic) hominurn dicte bastite. Testes vero predictorum fuerunt : Dominus Berenguarius Peltrici, legum doctor; dominus Olivarius, prior de Noerio ; Arnaldus Arganhaci, archipresbiter Insule ; Arnaldus Bernardi, archipresbiter Guarnesii; magister , Arnaldus Bartholomei ; magister Stoltus Vaschonis ,Guillermus de Casanova, consul dicte bastite; et Guillermus de Verduno, bajulus, et ego Poncius Blancardi, clericus et notarius predicti domini episcopi, qui vocatus et rogatus predicta scripsi et in forrnam publicam redegi. Et nos Bertrandus, dei gracia episcopus tholosanus, sigillum nostrum huic instrumento publico duximus apponendum ad majorem horum omnium firmitatem.

SENTENCE arbitrale rendue par Hugues Mascaron, évêque de Toulouse, arbitre et amiable-compositeur nommé par Raymond Athon, recteur et archiprêtre de l'église de Beaumont, d'une part, et par Arnaud Durand, Jean de Garidech et Jacques Mercier, consuls de ladite ville, agissant pour tous les habitants, d'autre part, au sujet des dîmes réclamées par ledit archiprêtre sur des produits et autres objets qui avaient été omis dans l'ordonnance de l'évêque Bertrand (qui précède) et sur lesquels les consuls prétendraient qu'il n'était rien dû par cela même qu'il n'en avait pas été question dans ladite ordonnance. Par cette sentence Hugues Mascaron condamne les habitants à payer au recteur la dixième partie du lin et du chanvre pour les dîmes, et la trentième partie pour les prémices; tous les ans un poulet bon à manger pour la dîme de chaque maison ; et un denier toulousain pour la dîme, par trois brebis n'ayant pas encore porté; il ordonne que les porcelets ne soient décimés qu'après avoir atteint l'âge de sept semaines, à moins que le chapelain ou les collecteurs ne consentent à les décimer avant; que le jardinier donne la dîme exacte de son jardinage, soit qu'il le vende, soit qu'il le consomme ; que celui qui, sans être jardinier, vendra du jardinage, en donne la dîme; que contrairement à ce qui avait été décidé par l'évêque Bertrand, nul ne soit tenu de donner à titre de dîme, sur le jardinage non vendu, une quantité de légumes suffisant à la nourriture du chapelain et de sa maison pendant une journée; qu'il ne sera dû ni décime ni prémice pour les canards; qu'il est fait remise des dîmes et prémices dues jusqu'à ce jour sur les objets qui viennent d'y être soumis, mais qu'à titre de compensation les habitants soient tenus d'acheter une carterée de terre dans un lieu aussi voisin que possible de l’église où le chapelain puisse faire venir son jardinage, laquelle terre demeurera tou jours la propriété de l’église.


14 AVRIL 1290

Aisso es la divisios e la ordenansa que fo fayta per mossen Huc Mascharo (i) am la vila, so es assaber del fayt de la gleza Noverint universi quod cum in reverendum patrem in XPO dominum Hugonem, divina providentia tholosanum episcopum, tanquam in arbitrium arbitratorem

Page 25

seu aimicabilem compositorem inter rectorem et archipresbiterum ecclesie de Bellomonte, nomine ipsius ecclesie, ex parte una, et procuratores seu sindicos universitatis hominum dicti loci, ex altera, super omnibus et de omnibus et singulis questionibus et controversiis que inter partes predictas vertebantur seu verti poterant super decimis et primiciis, ortaliciis et aliis juribus ecclesiasticis exhibendis, prout in instrumento ipsius compromissi recepto per me notarium infra scriptum plenius continetur, compromissum fuisset, tandem in ejusdem domini episcopi presencia constitutis, videlicet Ramundo Athonis, rectore et archipresbitero ecclesie supradicte, nomine ipsius ecclesie, ex parte una, et magistro Arnaldo Durandi, Johanne de Garricdogio et Jachobo Mercerii, consulibus dicti loci, nomine universitatis predicte, ex altera. Prefatus archipresbiter peciit quod dictus dominus episcopus, de lino et de canape decimam et primiciam, et decimam de gallinatis, anatibus et bacivis, de quibus in compositione olim facta per dominum Bertrandum, bone memorie episcopum tholosanum, nulla mentio crat habita, dicte ecclesie faceret exhiberi, cum de jure teneantur ad hoc, et aliter idem archipresbiter, ut asseruit, usus fuerit secundum petitionem suam recipere decimam et primiciam de predictis et in locis circumvicinis de premicis decima et primicia pervolvantur. Petiit etiam emendam fieri pro subtractis de predicta decima et primicia seu obmissis ad solvendum de predictis rebus temporibus retroactis.Petiit etiam quod porcelli antequam decimentur per parochianos ad tempus competens teneantur. Prefatus etiam

Page 26

archipresbiter dixit quod de ortaliciis quas ad vendendum faciebant secumdum compositionem predictam contradicebant rectam decimam exhibere, petens prestari eamdeni, prefato magistro Arnaldo de Ponte ad prestationem decimarum et primiciarum de lino, canape, gallinatis, anatibus et bacivis dictam universitatem non teneri dicente, eam dictus dominus Bertrandus quondam in compositione sua nullam de predictis fecerit mentionem. Demum vero tam super predictis quod super ortaliciis quas dictus auchipresbiter pro comestione juxta compositionem predictam debebat recipere dicte universitati gratiam fieri per dictum dominum episcopum imploravit. Et ibidem prefatus dominus episcopus, visis, auditis et diligenter intellectis propositis a partibus supradictis, deliberatione habita diligenti, ut omnis materia questionis removeatur, omnino partibus predictis in ejus presentia constitutis, auctoritate dicti compromissi et ex potestate a compromitentibus atributa eidem pariter et concessa, dictum suum laudum seu arbitrium protulit in hunc modum, dicens, ordinans, pronuncians et declarans : quod dicta universitas et singuli de eadem et successores eorurn dent et solvant et dare et solvere teneantur rectori predicto et ejus successoribus et ecclesie predicte de Bellomonte de lino et canape decimam partem pro decima et tricesimam partem pro primicia.

Item de gallinatis, si habeant, quotquot sint, dabunt tantum unum gallinatum pro decima de quolibet hospicio, anno quoque qui gallinatus sit aptus ad comedendum.

Item pro tribus bacivis dabunt unum denarium

Page 27

tholosanum pro decima. Voluit etiam et ordinavit quod porcelli, antequam decimentur, teneantur a parochianis per septem septimanas a nativitate ipsorum computandas, nisi capellanus et collectores vellent interim decimare.

Item de ortaliciis quas ortolanus faciet, rectam decimam prestabit, sive vendat, sive non; alii vero qui ortolani non fuerint, solum de ortaliciis quas vendiderint decimam exhibebunt. Verum cum in compositione dicti domini Bertrandi condam inter cetera continentur quod de ortaliciis quas non facerent ad vendendum darent capellano ad opus sui et familie sue pro una comestione quilibet semel in a nno. Prefatus dominus episcopus, volens tam super hoc quam super infra scriptis universitatem dicte loci gratia prosequi speciali, dixit, voluit et ordinavit quod de proximo dictis ortaliciis quas non vendent neque deciman nec capellano pro comestione vel iliter teneantur prestare. In aliis vero compositionem dicti Domini Bertrandi voluit observari.

Item de anatibus seu anedatis neque deciniam neque primiciam exhibebunt.

Item remisit dictus dominus episcopus universitati predicte omnia illa que subtraxerant seu obmiserant solvere pro decima seu primicia retroactis temporibus de rebus predictis de quibus in compositione predicta non fuerat diffinitum. Voluit tamen quod pro emenda et satisfactione predictorum dicta universitas teneatur emere ad opus ecclesie predicte et capellani ejusdem unam cartariatam terre, ad mensuram dicti loci, sitam in loco ydoneo prope ecclesiam predictam, in qua capellanus possit facere ortalicia sua, si voluerit; que cartariata terre sit perpetuo ecclesie

Page 28

supradicte; et hoc faciant et compleant hinc ad festum pentecostes sine dilatione quacumque. Predicta vero omnia et singula predictus dominus episcopus mandavit, sub pena in compromisso contenta, a dictis universitate et rectore et eorum successoribus perpetuo observari. Et ibidem dicte partes, silicet rector et consules predicti, nomine universitatis predicte, omnia et singula emologaverunt (sic), approbaverunt et etiam confirmarunt. Acta fuerunt apud Balmarium (Balma, château des évêques de Toulouse. Hist. du Languedoc. Edit. Paya, VI, 227) quarto decimo die introitus mensis aprilis, regnante domino Philippo, rege Francorum, et dicto domino Hugone, tholosano episcopo présidente, anno ab incarnationne domini M° CC° LXXX° nono, in presentia et testimonio discretorum virorum dominorum Hugonis de Romengosio, canonici Convenarum; Estulti de Rupeforte; magistri Benardi de Acromonte; Guillermi de Ugenaco, Clericorum; et magistri Petri Ferrerii, archipresbiteri Ulmesii; magistri Arnaldi de Villario, rectoris ecclesie Bellipodii, et mei Stephani de Montelauro, publici Tholose notarii, qui scripsi hoc presens publicum instrumentum.

Page 29

LETTRES du roi Philippe-le-Hardi confirmant le paréage fait entre Bertrand, abbé de Granselve et frère de Guillaume d'Auterive, moine et syndic dudit monastère, d'une part, et Eustache de Beaumarchais, chevalier, sénéchal de Toulouse, d'autre part; lequel paréage, inséré dans lesdites lettres, contient les clauses et conditions suivantes : L'abbé et le syndic de Granselve cèdent à Eustache de Beaumarchais la moitié indivise de la bastide de Beaumont nouvellement fondée près de la Gimone, dans le territoire du monastère, c'est-à-dire la moitié de mille emplacements de maisons déjà construites ou à construire ultérieurement et la moitié indivise de mille arpents pour des vignes déjà plantées ou qui le seront plus tard, l'autre partie indivise du droit de propriété et du domaine desdits immeubles demeurant à l'abbé et au monastère; - Ces immeubles, déjà concédés en partie aux habitants, leur seront cédés en totalité, mais de façon à ce que les oublies et les cens des maisons, des fours, des bancs et des tables (de la place et de la halle) et autres droits féodaux, ainsi que les leudes et péages à percevoir dans ladite bastide et ses dépendances, appartiennent, moitié au roi, moitié au monastère ; - Les droits dus pour les procès intentés, pour la justice, pour les amendes et pour la juridiction temporelle, jusque à concurrence de 60 sols toulousains, appartiendront, moitié au roi, moitié au monastère; - Le roi percevra entièrement, comme haut justicier, ces droits et la Juridiction temporelle, s'ils dépassent ladite somme de 60 sols, mais si les immeubles compris dans la donation tombent en commise, ils seront partagés entre le roi et l'abbaye, sauf cependant les biens saisis sur les hérétiques qui appartiendront au roi seul ; - Les possessions communes au roi et au monastère et celles appartenant en propre audit monastère, qui tomberaient en commise, devront être vendues dans le délai d'un an et un jour, à des personnes en droit d'acquérir; - Le roi et l'abbé auront dans la ville, chacun un local suffisant pour y construire une maison ; Ladite ville ou bastide, avec toutes les personnes qui viendront y habiter, sera toujours indivise entre le monastère et le roi ou ses successeurs dans le Comté de Toulouse; - Le roi et ses successeurs ne pourront donner, léguer ou vendre ladite bastide, si ce n'est à l'abbé et au monastère; - Il y aura dans la bastide un bayle commun qui, en prenant possession de son office, jurera au roi, à l'abbé et au syndic du monastère de conserver leurs droits et de rendre à chacun ce qui leur sera dû; - Dans le cas où le roi et l'abbé ne pourraient s'entendre sur la nomination du bayle, chacun nommera le sien ; Les bans et publications seront faits dans la bastide au nom du roi et de l'abbé par un crieur public institué par eux; - S'il est imposé une taille ou quête dans la bastide par le roi sans l'agrément de l'abbé, ou par l'abbé sans l'agrément du roi, le montant de ces impôts sera partagé entre eux par moitié, à moins que le roi n'impose tout le Comté ou ses vassaux du diocèse de Toulouse, auquel cas le roi percevra seul tout ce que l'impôt aura produit; - Si la population de ladite ville venait à être détruite, puisse cette prévision ne pas se réaliser, l'emplacement qu’elle occupe et tous les biens compris dans la donation seront la propriété du monastère et rentreront dans son domaine, tels qu'ils étaient avant ladite donation, sous la réserve des droits que le roi pouvait avoir dans la haute et basse justice des mêmes biens ; - Si l'abbé et le monastère font construire une église dans l'intérieur de la bastide, le chapelain qu'ils chargeront de la desservir aura une maison franche de toute imposition , ledit abbé et le monastère réservant leur droit spirituel et ecclésiastique sur toutes les possessions communes entre eux et le roi, ainsi que celui qu'ils avaient coutume de percevoir dans les lieux voisins; - Aucun chevalier, clerc ou autre religieux ne pourra fixer sa résidence dans la bastide sans la permission du roi et de l'abbé - Les possessions indivises entre ces derniers seront données à fief, à la charge par les feudataires de leur payer le cens convenu ; - Les juges, les sergents ou huissiers jugeront de servir fidèlement le roi et l'abbé, et se conformeront aux mandements des bayles que ceux-ci auront nommés ; - Le roi s'engage, pour lui et pour ses successeurs, à tenir et exécuter tout ce qui est exprimé ci-dessus, mais sous la réserve des droits d'autrui Tous les actes faits au sujets du présent paréage avec Pierre Jolalhi, jadis lieutenant dudit sénéchal, sont cassés et annulés en tant qu'ils pourraient être en opposition avec les conventions actuellement arrêtées.

JUILLET 1279

Aisso es la divisios faita del pariatge.

In nomme sancte et individue trinitatis, amen. Philippus, dei gratia Francorum rex, Notum facimus tam presentibus quam futuris, quod religiosi viri frater Bertrandus, abbas monasterii Grandissilve (Bertrand Jauflre ou Geoffroi.), cisternensis ordinis, tholosane diocesis, et frater Guillermus de Alta Rippa, rnonasterii predicti monachus et syndicus abbatis et conventus ejusdem ipsius conventus nomine, pariatgium seu societatem inferius annotatum fecerunt seu convenerunt cum Eustachio de Bellomarchesio, milite, senescallo nostro tholosano, recipiente nomine nostro et pro nobis, que omnia fratres seu conventus dicti monasterii laudaverunt , approbaverunt et ratificaverunt eaque tenere et servare et in nullo contrafacere vel venire sollempniter promiserunt, cujus pariatgii seu societatis forma hec est.

In primis enim dicti abbas et frater Guillermus de Alta Rippa, syndicus, nomine conventus dicti monasterii, dederunt et concesserunt prefato Eustachio, recipienti nomine nostro, meditatem pro indiviso bastide vocate de Bello monte, de novo fundate in territorio dicti monasterii prope Gimonam, dyocesis tholosane, videlicet medietatem mille localium ad opus domorum que ibi constructe sunt et que in posterum construentur, et medietatem pro indiviso mille caseliarum ad opus ortorum que sibi jam concesse sunt et in posterum concedentur, et medietatem pro indiviso mille arpentorum ad opus vinearum jam


Page précédente   Menu       Page suivantePage 30 à 39

Site généré avec le CMS UTOPIA développé par In-Cité Solution pour le CDG82 dans le cadre du PRAi