Accueil  >Cartulaire > Notes


NOTES

 

XXIII

NOTE de P. Cedalh attestant qu'il existait dans un coffre de la maison de Ville des lettres royaux adressés au juge de Verdun et concédés à la ville de Beaumont, portant que les gens qui viendront au marché de ladite ville ne pourront être arrêtés pour dettes, alors même qu'il s'agirait de deniers royaux, et que les habitants sortant de leur maison ou y rentrant ne pourront être arrêtés ledit jour de marché. P. Cedalh ajoute qu'il a lu lesdites lettres et qu'ils les a remises dans leur étui en présence de trois témoins dont il indique les noms.

SANS DATE

Memoria sia que alla mayzon cominal sa es la copia de hunas letratz reallatz en dressant au juge de Berdun, concedidatx alla billa de Beumont que neguna persona que bengue au marquat per negun deutz, sia deutz delz dines reals, so autre, no posce estre preiz ny arestat, ny sa marquaderia, laquelle letra etz en la gran quaysa en alcun caychon, ni tent (Non plus) pauc no pos estre arestat parten de sa mayzon per lo camyn anan ho tornan sy etz..... (Effacé dans le texte) en sa mayzon. Io ley legida et remetuda en lodit stuch ? present Jose de...... (Effacé dans le texte) Ramon Blanc, Guilhaume Descot.

(Signature originale) Io Pierre CEDALH.
(Ecriture cursive du XVIe siècle, de la main dudit Cedalh)

XXIV

NOTE rappelant que le mercredi 24 février 1394 (1395) fut le premier jour de la Quadragesime (ou jour des Cendres); que depuis cent ans, cette fête n'était pas tombée à pareil jour; qu'il y avait en ce temps, abondance de pain et de vin, mais que, dans l'année, les blés et les vins, furent enlevés à Beaumont par des orages ; que la mortalité y fut grande, puisqu'il y mourut environ 500 personnes; que la fausse monnaie était nombreuse et que les voleurs furent fort maltraités car on en voyait de pendus de toutes parts.

SANS DATE

Anno domini millesimo trecentesimo nonagesimo quarto, et die mercurii, que fuit XXIIII menssis febroarii, fuit dies prima quadragesime et fuit festum beati Mathie apostoli, et die martis ante que vocatur dies martis pinguis, fuit vigilia dicti festi, et dicebatur publice quod a centum annis citra, dictum festum beati Mathie non venerant in simili die, et erat bona forma panis et vini ; et dicto anno fuerunt tempestata blada et vina in Bellomonte, et fuerat et erat magna mortalitas in dicto loco quod decesserant quingente persone vel circa, ut dicebatur, et pausi (sic) inveniebantur in pecuniis, et latrones erant in pessimo statu quia ab utroque latere suspendebantur.

(Ecriture du commencement du XVe siècle.)

Site généré avec le CMS UTOPIA développé par In-Cité Solution pour le CDG82 dans le cadre du PRAi