Accueil  >Cartulaire > Traductions


APPENDICE
TRADUCTION DES TITRES ÉCRITS EN LANGUE ROMANE

 

TRADUCTION DES COUTUMES.


COUSTUMES et libertés accordées aux habitants de la Bastide, apelée de Beaumont, par le Roy Philippe, astantibus in Palatio dapifero nullo, Robert, duc de Bourgogne, chambellan; Jean,Boutelber et Imbert, connestable.

Du mois D'Aoust 1279

In nomine sanctæ et individuæ trinitatis amen. Philippus, Dei gratia francorum Rex, notum facimus universis tam præsentibus quam futuris, quod nos habitatoribus Bastidæ scilicet vocatæ de Bellomonte supra Gimonam, diocesis tholosanæ, tam præsentibus quam futuris concedimus libertates et consuetudines infrascriptas : videlicet quod per nos vel per successores nostros, vel monasterium Grandissilvæ non fiet in dicta villa tallia, questa, nec recipiemus ibi mutuum, nos, vel monasterium antedictum, nisi gratis nobis vel sibi donare voluerint habitatores prædicti, nisi generaliter in aliis villis nostris eadem faciamus, quæ casu contenta in pariagio inter nos et dictum monasterium supradicta bastida contracto volumus observari.

Item
quod habitantes dictæ villæ, ultra imposterum habitaturi possint vendere, dare, alienare bona sua omnia mobilia et immobilia cui voluerint, excepto quod immobilia non possint alienare Ecclesiæ, Religiosis personis, militibus, nisi salvo jure dominorum, a quibus res in feudum tenebuntur.

Item quod habitantes dictæ villæ possint filias suas libere et ubi voluerint maritare, et filios suos ad clericatus ordinem facere promoveri.

Item quod nos, vel baiulus noster, vel bajulus dicti monasterii, non capiemus aliquem habitantem dictæ villæ, vel vim inferemus, vel saisiremus bona sua, dum tamen velint, ex fide jubeat stare juri, nisi pro murtro, vel morte hominis, vel plaga mortifferenti, vel alio crimine, quo corpus suum, vel bona sua nobis et dicto monasterio debeant esse incursa, vel nisi pro forefactis in nobis vel gentibus nostris commissis.

Item quod ad quæstionem. seu clamorem alterius non mandabit vel citabit senescallus noster, vel Bailivi sui seu dicti monasterii, nisi pro facto nostro proprio, seu querela, aliquem habitantem dictæ villæ extra honorem dictæ villæ super his quæ facta fuerint in dicta villa, et honore, et pertinentiis dictæ villæ, insuper possessionibus dictæ villæ, et honore ejusdem.

Item quod si aliquis homo vel fæmina de die intraverit ortos, vineas aut prata alterius, sine mandato, vel voluntate illius cujus fuerint post quam de mandato nostro et nostrorum seu dicti monasterii quolibet anno deffensum fuerit, solvant duodecim denarios tholosanos consulibus dictæ villæ, si habeat unde solvat, alias ad arbitrium nostri judicis vel baiuli dicti monasterii puniatur, et quælibet bestia grossa quæ ibi inventa fuerit duos denarios turonenses consulibus supradictis pro porco et sue, si intraverint, unum denarium turonensem. Et pro ove, capra, seu yrco, vel quolibet alio peccore, solvat dominus bestiæ unum obolum turonensem, si ancer vel alia avis consimilis fuerit unum obolum turonensem, et nihilominus dominus cujus fuerit bestia dampnum tenebitur emendare. Denarios vero quos pro hujusmodi emendis Consules habuerint mittant in utilitatem dictæ villæ, utpote in reparatione murorum, itinerum, et viarum; alienigenæ autem transeuntes, qui dictum deffensum ignoraverint pænas non subeant antedictas ; sed alias, ad nostri judicis arbitrium, vel baiuli et baiuli dicti monasterii dicti monasterii puniatur.

Item quicumque de nocte intraverit ortos, vineas, aut prata alterius sine mandato , aut voluntate illius cujus fuerint, et cum panerio, vel sacca, vel capucio, aut cum alio explecto fructus extraxerit, nobis et dicto monasterio in viginti solidis tholosanis sit incursus, post quam de mandato nostro, et dicti monasterii similiter fuerit quolibet anno deffensum; et si tantum modo manibus, et sine alio explecto extraxerit, pro justitia in duobus solidis tholosanis nobis et dicto monasterio sit incursus, et dampnatus insuper emendabit.

Item quicumque in dicta villa tenuerit falsum, pondus, mensuram falsam, canam vel alnam falsam, nobis et dicto monasterio in sexaginta solidis tholosanis puniatur.

Item carnifices qui carnes vendiderunt in dicta villa, bona carnes et sanas vendant; quod si bonæ non fuerint vel sanæ carnes pauperibus erogentur, et illis qui emerint pretium refundatur; et lucrantur carnifices in uno quoque solido unum denarium monetæ currentis, et quicumque carnifex in hoc mandatum nostrum excesserit in duobus solidis turonensibus nobis, et dicto monasterio sit incursus.

Item quilibet pistor seu pistorisa vel quicumque alius panem faciens ad vendendum in villa prædicta lucrentur in unoquoque sestario frumenti, quatuor denarios turonenses et furfur tantummodo, et hoc secundum magis et minus ; et si amplius lucratus fuerit totus panis capiatur, et pauperibus tribuatur.

Item omnes res comestibiles, ex quo ad dictam villam fuerint aportatæ ad vendendum, non vendentur revenditoribus, donec prius ad platæam fuerint deaportatæ, dum tamen hoc prius ex parte nostra et dicti monasterii deffensum fuerit, et clamatum, aliis vero vendi possint impune; et hoc deffensum duret a festo beati Johannis Baptistæ, usque ad festum beati Michaelis; et, qui contra venerit, in quatuor denariis tholosanis condempnetur; perdix vero, vel lepus, et cuniculus vendantur ad pretium in quo foro ex parte nostra et dicti monasterii fuerit proclamatum.

Item quicumque res comestibiles ad dictam villam apportaverint volatilia, silvestrem bestiam, poma, pira et similia non dent leudam.

Item nullus habitans in dicta villa det leudam de re et quam vendat vel emat in villa prædicta ad usus suos die fori. vel alio in foro, vel extra.

Sane consules dictæ villæ jurabunt se deffendere fideliter et servari corpus nostrum, et membra nostra, et etiam jura nostra et dicti monasterii, et quod officium consulatus, quamdiu erunt in officio fideliter exequentur, nec minus nec servitium ratione officii ab aliquo capient per se, vel per alium, nisi hoc quod de jure est concessum cuilibet in officio existenti.

Comunitas si quidem dictæ villæ in præsentia consulum jurabit nobis, et dicto monasterio, vel mandato nostro et suo bonum consilium, et fidele pro posse suo, dum requisita fuerit, salvo etiam in omnibus jure nostro et dicti monasterii.

Item instrumenta facta a publicis notariis nobis vel antecessoribus nostri creatis, vel senescallis nostris, vel creando, vel creandis, illam firmitatem habeant quam habent publica instrumenta.

Item testamenta facta ab habitatoribus dictæ villæ in præsentia testium fide dignorum, valeant, licet non fuerint facta secundum solemnitatem legum, dum tamen liberi non fraudentur legitima portione.

Item si quis decesserit sine hærede legitimo, et testamentum non fecerit, consules dictæ ville de mandato nostro et dicti monasterii; bona ejus per annum et diem custodient; descriptis tamen per baiulum nostrum et dicti monasterii bonis omnibus, et si interim non venerint hæredes qui hæreditare debeant, nobis et dicto monasterio reddant bona ad voluntatem nostram , et dicti monasterii faciendam.

Item omne debitum cognitum, si clamor fuerit , nisi infra quatuordecim dies persolvatur debitor, solvat nobis et dicto monasterio seu mandato nostro et dicti monasterii, duos solidos turonenses pro clamore; si vero negetur debitum, qui motus fuit in decima litis, et in duobus solidis turonensibus pro justitia puniatur.

Item si quis alicui verba contumeliosa, et grossa dixerit, nisi super hoc fiat quæstio nobis vel dicto monasterio non tenetur ad emendam; si vero facta fuerit quæstio, tenetur nobis et dicto monasterio in duodecim denariis tholosanis pro clamore, et pro extimatione injuriæ in duobus solidis pro libro.

Item si quis aliquam ducat uxorem, et cum ea mille solidos acceperit pro dote, ipse det uxori suæ propter nuptias quingentos solidos, et hoc secundum magis et minus, nisi aliud pactum intervenerit inter eos; et si maritus supravixerit, nec de uxore infantem habeat, tota vita sua tenebit totam dotem et, post mortem, parentes uxoris vel hæredes dotem illam recuperabunt nisi in perpetuum dederit marito; et si infantem habeat ipsa mulier, et supra vixerit maritus, ipsa recuperabit dotem suam, et donationem propter nuptias; qua mortua, infantes quos a marito habuerit, donationem propter nuptias rehabebunt, vel ille quem maritus in testamento suo duxerit ordinandum.

Item si quis gladium extraxerit in aliquem, licet non percussiat, nobis et dicto monasterio in viginti solidis tholosanis condempnetur; si vero percusserit ita quod sanguis exeat, in triginta solidis tholosanis nobis et dicto monasterio puniatur, et emendet vulnerato; et, si mutilatio membri intervenerit, in sexaginta solidis tholosanis vel amplius, si nobis et dicto monasterio placuerit, condempnetur, et nihilominus satisfaciat vulnerato; si autem percussus pro ictu moriatur, qui ictum fecerit ad voluntatem nostram vel mandati nostri punietur et bona sua omnia ad manum nostram et dicti monasterii capientur.

Item si bona alicujus habitatoris dictæ villæ venerint in commissum de bonis prædictis si suficiant ejus creditoribus satisfiat, et nobis et dicto monasterio residuum applicetur.

Item latrones et homicidæ ad voluntatem nostram puniantur.

Item si quis in adulterio depræhensus fuerit, currat per villam, ut in aliis villis nostris facere consuevit, aut solvat nobis et dicto monasterio seu mandato nostro centum solidos tholosanos et quod voluerit obtionem habeat eligendi; ita tamen quod capiatur nudus cum nuda, vel vestitus bracchiis depositis cum vestita, per aliquem de curia nostra, præsentibus cum eo duobus consulibus, vel aliis duobus probis hominibus dictæ villæ, vel aliis duobus, vel pluribus undecunque sint fidedigni.

Item si quis pro aliquo fidejusserit, si principalis debitor solvendo non fuerit, idem qui fidejussit satisfaciat si bona habeat unde solvat.

Item quicunque in dicta villa venire voluerit seu habitare et mansionem facere, sit liber, sicut alii habitatores, si sine præjudicio alicujus fieri possit; præterea in domo qualibet, seu ut alii dictæ villæ, longa de quindecim brachiatis, et ampla de quinque, debemus habere annuatim in festo omnium sanctorum, et dictum monasterium quinque denarios tholosanos censuales, et hoc secundum magis et minus.

Item furni dictæ villæ erunt nostri et dicti monasterii, et quicumque ibi panem decoqui fecerit, vicesimum panem nobis et dicto monasterio pro furnagio dare teneatur.

Item mercatum fiet die sabbati in dicta villa, qualibet septimana.

Item de quolibet bove vendito in foro ab extraneo habebimus nos et dictum monasterium unum denarium turonensem.

Item de porco unum denarium turonensem. Item de asino unum denarium turonensem. Item de pelle vulpis, de una libra ceræ, de una saumata ollarum, de una fiola unum denarium turonensem de quolibet prædictorum.

Item de medietate porci recentis vel salsi qui venditi fuerint in foro propinquiori ante Nativitatem Domini semel in anno unum denarium turonensem.

Item homines prædictæ villæ sint liberi a dictis leudis de his quæ ad proprios usus evenerint in foro vel in villa.

Item quicumque extraneus in die fori tentorium tenuerit quarum cumque mercium dabit nobis et dicto monasterio unum denarium turonensem pro leuda.

Item saumata ferri deforis aportati det pro leuda unum denarium tholosanum.

Item saumata salis det unam palmatam salis et unum denarium turonensem.

Item quicumque extraneus voluerit extrahere a dicta villa bladum, vinum, vel sal pro saumata bladi dabit nobis et dicto monasterio unum denarium turonensem pro leuda, pro saumata vini unum denarium turonensem , et pro saumata salis unum denarium turonensem, et hoc secundum magis et minus ; pro onere unius hominis de sale unum obolum turonensem.

Item de uno onere ciphorum victorum unum denarium turonensem ab extraneo.

Item de uno onere seu tellarum et grassalorum unum denerium turonensem.

Item de quolibet semine ortorum secundum quod ratione videbitur.

Item si quis leudam debens a villa vel a foro exierit, et leudam non solverit, paget nobis et dicto monasterio duos solidos tholosanos et unum obolum pro emenda.

Item qui in foro aliquem percusserit ad arbitrium judicis, pro qualitate delicti, puniatur.

Item qui de possessione litigaverit det nobis et dicto monasterio pro libra duos solidos tholosanos et clamorem et illam summam non teneantur solvere litigantes usque ad finem litis.

Item si baiulus pignoret aliquem post quindecim dies assignatos debitoribus ad solvendum, ille cujus erit debitum per alios quindecim dies pignora custodiat, quibus elapsis vendat si voluerit pignora, et si pretium pignoris venditi excedit debitum suum residuum habitum a dicto pignore teneatur reddere debitori.

Item baiulus dictæ villæ juravit in præsentia consulum quod officium suum fideliter faciet, et munus nec servitium pro suo officio sive ratione officii non capiet unicuique jus suum pro posse suo reddet, et usus bonos et consuetudines dictæ villæ scriptas et approbatas, salvo jure nostro et dicti monasterii, custodiet et deffendet.

Item in villa prædicta consules creabuntur annuatim in crastinum resurectionis domini, et, si tunc instituti vel creati non fuerint, duret potestas consulum qui mediate extiterint, donec alii per nos et dictum monasterium, vel mandatum nostrum ibidem fuerint instituti, ita tamen quod nomina consulum instituendorum in duplo reddantur curiæ inscriptis per consules veteres et quod curia possit eligere magis ydoneos usque ad numerum in consulatu consuetum.

Item consules qui pro tempore fuerint potestatem habeant vias publicas et mala passagia reparandi; si quis vero in dicta villa jactaverit ferentia, vel aliqua nocentia, per nostrum baiulum et dicti monasterii et consules puniatur.

Item nundinæ sint in dicta villa terminis assignatis videlicet in festo beati Georgii, et in festo apostolorum Simonis et Judæ, et quilibet mercator extraneus habens trossellum, vel plures trossellos, in dictis nundinis, pro introitu, et exitu, et taulagio, et pro leuda, det nobis et dicto monasterio, quatuor denarios tholosanos, et de onere hominis quidquid aportet unum denarium tholosanum, et de rebus emptis ad usum de rebus alicujus habitatoris dictæ villæ nihil dabitur ab emptore pro leuda.

Item expresse exercitum et cavalgatum ut in aliis villis nostris illius terræ retinemus.

Item census domorum, cazaleriarum, et arpentorum dicti pariagii duobus terminis exsolvantur videlicet census domorum, et cazalerarium in festo omnium sanctorum, census vero arpentorum in festo Paschæ.

Consuetudines et libertates, et omnia supradicta concedimus habitatoribus supradictis, salvo in aliis omnibus jure nostro et monasterii antedicti et quolibet alieno, et omnium contentorum in pariagio, quæ ut perpetuæ stabilitatis robur obtineant, præsentem paginam sigilli nostri authentici, et regii nominis karactere inferius fecimus comuniri.

Datum Parisius, anno Domini millesimo ducentesimo septuagesimo nono, mense Augusto, regni vero nostri anno nono, astantibus in Palatio nostro, quorum nomina supposita sunt, et signata, dapifero nullo ; S. Roberti, ducis Burgundiæ, camerarii, S. Johannis Buacularii, S. Imberti constabularii.

Extrait et collationné d'un petit livre en parchemin contenant 142 feuilles écrites, trouvé aux archives de l'abaye de Grandselve de l'ordre de Cisteaux, au diocèse de Montauban., par l'ordre et en la présence de messire Jean de Doat, conseiller du Roy en ses conseils, président en la Chambre de Comptes de Navarre et commissaire député par lettres patentes de sa majesté du 1er avril et 23 octobre 1667, pour faire recherche de titres concernans les droits de la couronne et qui peuvent servir à l'histoire dans tous les trésors des chartes de ladite Majesté et dans toutes les archives de villes et lieux, Archevêschés, Evêschés, Abbayes, Prieurés, Commanderies et autres communautés ecclésiastiques et séculières des provinces de Guienne et Languedoc et du pais de Foix et dans les archives des Archevêsques, Evêsques, Abés, Prieurs et Commandeurs qui en pourraient avoir de séparées de leurs chapitres, faire faire des extraits de ceux qu'il jugera nécessaires et les envoyer au garde de la Bibliothèque royale.

Par moy Gratian Capot, prins pour grefier en ladite commission, soubsigné.
Fait à Alby, le 15 mars 1969

CAPOT
Bibliothèque Nationale, Coll. Doat., t. 79, fo 344 à 358 Abbaye de Grandselve, diocèse de Toulouse 1261 - 1281. TRADUCTION DE LA PIÈCE II Ceci est la réponse que Monsenher en W. de Bergeras, lieutenant du sénéchal, fait aux Consuls de la bastide de Beaumont-sur-Garonne, à certains articles que les Consuls soumirent à sa décision; laquelle réponse était scellée du sceau de Monsenher W. de Bergeras, et était écrite en latin.

Au premier article, par lequel les consuls demandaient à être autorisés à pouvoir contraindre les jurats de la bastide au paiement des tailles des terres dépendant de la seigneurie des chevaliers (Les chevaliers. Pas d'autres nobles en Languedoc. B. de R. ou plutôt nobles et chevaliers étaient synonymes. - Voyez p. 26 ci-dessus. F. M.), nous répondons ainsi : que les jurats soient obligés et contraints à payer la taille qui les concerne par la saisie des biens qu'ils ont en ladite bastide, car il est de droit que dans aucune autre juridiction les biens des seigneurs ne peuvent être saisis.

Au second article nous répondons ainsi : qu'il sera mandé au juge ordinaire qu'il poursuivra les injures faites aux sergents de la cour, et s'il reconnaît qu'ils aient été lésés et injuriés, qu'il condamne les coupables à l'amende selon la gravité de la faute.

Au troisième article nous répondons ainsi : la cour ne pourra prétendre que les jurats de la bastide soient molestés s'ils ne peuvent porter à ladite bastide leur blé, leur vin ou autres choses mobilières, à moins qu'ils ne les transportent dans leur maison ou si les seigneurs, dont lesdits jurats dépendent, les ont poursuivis pour crimes ou autres causes commencées avant qu'ils fussent jurats de ladite bastide.

Au quatrième article nous répondons ainsi : qu'ils n'imposent aucun droit de péage et de leude sur les choses propres à l'usage de la bastide qui y sont apportées et sur lesquelles les seigneurs du lieu lèvent déjà la leude; la cour devra a u contraire leur défendre de ce faire et ils devront se tenir pour payés des autres péages.

Au cinquième article nous répondons ainsi : le juge s'enquerra si le seigneur de Sérignac a défendu et interdit aux hommes de ce lieu de rien porter à vendre dans la nouvelle bastide et, s'il trouve que cette défense a été faite sans droit, il lèvera contre lui l'amende, selon que de raison.

Au sixième article nous répondons ainsi : s'il est prouvé que certains consuls soient associés à la baillie de façon à compromettre les intérêts de la ville, qu'ils soient frappés d'amende et qu'ils restituent entièrement ce dont ils auront profité au lieu de ceux ou de celui que cela concerne.

Au septième article nous répondons ainsi : que la charte des libertés de la bastide soit respectée, et si en vertu de cette charte le bayle ne doit juger aucune cause par contumace, qu'il s'en abstienne et qu'en aucune façon il ne demande rien pour les clameurs.

Au huitième article nous répondons ainsi : il ne paraît pas que le bayle puisse rien demander pour les clameurs faites par un homme étranger ou par un jurat de la bastide; il doit s'en tenir à ce qui est dit dans la charte des libertés.

Au neuvième article nous répondons ainsi : le bayle aura son notaire qui inscrira les clameurs sans pouvoir rien demander pour les écritures.

Au dixième article nous répondons ainsi : il sera défendu au bayle de prendre aucun homme pour dettes ou pour d'autres causes pour lesquelles il n'est pas permis de le prendre et de le retenir prisonnier.

Au onzième et dernier article nous répondons ainsi: qu'il sera interdit au bayle de prendre un gage pour ses dettes particulières qui ne touchent pas à la baylie et s'il le faisait il payerait l'amende comme un autre.

Louange soit au Christ qui a présidé à ce travail. Amen.

TRADUCTION DE LA PIÈCE XIII


De la part de notre seigneur le roi de France et de Monseigneur le sénéchal de Toulouse, il est mandé et fait savoir qu'aucun homme, si hardi qu'il soit, n'ait la hardiesse de chasser et prendre des lapins dans le clapier ou le bûcher d'autrui ni en un lieu clos ou défendu, de jour, sous peine de soixante sous toulousains, et de nuit, sous peine de la saisie de son corps et de ses biens, à moins qu'il n'y ait été autorisé par le propriétaire du clapier , du bûcher ou du lieu clos.


TRADUCTION DE LA PIÈCE XVII


ORDONNANCE SUR LA POLICE DE LA PLACE Tout mercier, cordonnier, forgeron, chapelier, boucher de chair salée, poissonnier, qui voudra vendre du poisson salé toutes les semaines, et tout savetier, bâtier, revendeur de fromages et de fruits paiera pour chaque banc, tous les ans, pour le terrage, quatre sous toulousains, pour l'espace d'une brasse.

Et au cas ou ils ne vendraient pas toute l'année, les susnommés paieront, pour chaque jour qu'ils étaleront, un denier toulousain.

Tout boulanger ou boulangère qui vendra continuellement sur la place paiera deux sous toulousains par brasse.

Et toutes les autres personnes étrangères ne paieront rien, à moins qu'elles ne vendent journellement du pain; elles ne paieront rien non plus pour le blé, l'avoine, les noix, le son, les fruits, la volaille, les oies, les canards, les chapons, le lin, le chanvre, la filasse, les châtaignes et autres choses bonnes à manger.

Item tout jardinier qui se tiendra continuellement sur la place, paiera quatre sous toulousains, et s'il ne s'y tient pas régulièrement, il paiera un denier toulousain par jour.

Tout sabottier, fabricant de charrues, ou celui qui vendra dans la maison commune (La halle) paiera par jour un denier toulousain, à moins qu'il n'y vende continnellement, ou qu'il ne loue un banc.

Tout homme étranger ou tout particulier qui tiendra du sel à vendre dans la maison commune paiera pour chaque saumée de sel vendue, un denier toulousain à moins qu'il n'ait loué un banc à l'année.

Item tout vendeur de ferrailles, de serpes et autres objets en fer paiera un denier toulousain pour chaque jour.

Item tout chaudronnier et tourneur qui vendra des chaudrons…..

(La fin manque)

 

Page suivante : Glossaire

Site généré avec le CMS UTOPIA développé par In-Cité Solution pour le CDG82 dans le cadre du PRAi