Accueil  >Histoire > Célébrités Beaumontoises

 

HOMMES ET FEMMES CÉLÈBRES



Pierre de Fermat

 

 

Pierre de Fermat

Né à Beaumont de Lomagne dans les années 1600, il mourut à Castres en 1665.

Découvrez sa vie, son oeuvre et son génie en cliquant ici.

 

 

 

THEODORE DESPEYROUS

 

THEODORE DESPEYROUS

Né à Beaumont le 11 mai 1815, décédé à Toulouse le 6 août 1883. “Tôt orphelin, il fut encouragé dans ses études par son frère et finit par enlever à Paris la licence puis le doctorat es sciences. Il y subit aussi l’influence des Saint-Simoniens, se lia d’amitié avec Victor Considérant. Chargé de chercher à Vienne, en Autriche, des manuscrits inédits de Fermat, il fut suppléant dans un cours de calcul des probabilités de l’Université de Paris, puis professeur de mathématiques à Dijon en 1848. Inspecteur général des lycées en 1866, il regagna Toulouse dès 1868 comme professeur d’astronomie à la faculté des sciences et directeur de l’observatoire. Il publia de nombreux mémoires.”

Ecrits recueillis par Monsieur Pierre Gairin dans “Les Toulousains dans l’histoire” paru en 1984 aux éditions Privat sous la direction de Ph.Wolf. 



Notes de Monsieur Gairin : "Le buste de Monsieur Despeyrous, sculpté par Monsieur Baux de Toulouse, a été donné à la ville par Madame Despeyrous. L’ensemble des biens légués à la ville de Beaumont par Monsieur Despeyrous était très important. Il faut ajouter que sa veuve régla tous les frais de succession relatifs à ce legs."

 

Colonel DARQUIER

Colonel major des tirailleurs de la garde impériale. “Darquier, né à Beaumont en 1770, avait combattu en Italie, dans l’armée du Rhin, en Pologne et enfin en Espagne. Il s’était rendu célèbre à Eylau où, avec son bataillon, il culbuta à la baïonnette, une colonne russe forte de 5000 hommes. Il mourut en Espagne en 1812".

D'après le livre de J.Bessodes " Beaumont son histoire" .

VERNHES

"Il y eut plusieurs personnages du nom de Vernhes à Beaumont au XVIIIème. l'un d'eux, juge au siège de Beaumont vers 1720, et en même temps coseigneur de Saint Pessère (il s'agit sans doute de Sempessère dans le Gers), était propriétaire de la maison du 39 rue de la Font ; un autre était dénommé "juge de Lomagne". Un autre a joué un rôle pendant la Révolution. La  maison appartenant à un Vernhes, dont la rue porte son nom, n'a pas été trouvée. On peut supposer qu'on a voulu honorer celui dont Bessodès dit (page 148 dans "Beaumont son histoire") : "Le 18 novembre 1792, mourut à Beaumont le comte Henri Bernard de Vernhes, ci-devant conseiller rapporteur du Point d'Honneur qui, par testament du 4 avril 1792, avait institué l'Hôpital du Saint Esprit son héritier universel. (Il y eut des procès et cette affaire ne fut réglée qu'en 1839)." 

D'après les recherches de Monsieur Gairin " Au fil des rues et du temps" .

MAURAN En 1743, une demoiselle de Mauran, veuve, avait une grande maison rue de Gimont (nouvellement rue Fermat) communiquant par un grand jardin avec une autre qui confrontait du couchant la rue Mauran actuelle. Les Mauran constituaient à cette époque l'une des grandes familles de Beaumont. Le nom de la rue vient peut-être de celui d'un prêtre beaumontois, François de Mauran, qui mourut en 1805, laissant ses biens aux pauvres."

Ecrits de Pierre Gairin " Au fil des rues et du temps" .

Jacques TOUREIL

C'est le nom d'une grande famille de Beaumont ; l'un de ses membres connut une réussite particulièrement prestigieuse. C'est peut-être lui que Beaumont voulut honorer : Jacques TOUREIL, né en 1656, décédé à Paris le 11 octobre 1714 . "Fils d'un procureur général au parlement de Toulouse, sa famille habite la maison où est actuellement installée la mairie. Jurisconsulte et homme de lettres, Jacques de Toureil se livre exclusivement à l'étude des langues anciennes et particulièrement du grec. Le 14 février 1692, il est reçu à l'Académie Française... À noter que La Bruyère, qui était aussi candidat, (mais pour la troisième fois) échoue contre Toureil... Outre des Essais de jurisprudence (1694), il se consacre à la traduction et à l'édition des oeuvres de Démosthène... Ces traductions, pleines de recherches et d'ornements, ont fait dire à Racine : "Le bourreau...! il fera tant qu'il donnera de l'esprit à Démosthène!" 

Écrits d'après la notice bibliographique de Ch. Stierlé, tirée de "Dix siècles de vie littéraire en Tarn et Garonne


NOS POÈTES


Les rapides renseignements biographiques que nous donnons sont tous tirés des notices bio-bibliographiques de l'ouvrage "Dix siècles de vie littéraire en Tarn et Garonne"



Olympe BENAZET


Né à Beaumont le 25 août 1802 et décédé à Toulouse en 1879. Il a écrit des vers en français et en occitan et a vécu surtout à Toulouse où il a exercé, d'après Georges Passerat, le métier de "chanteur des rues". Son style rappelle celui des poètes de l'école beaumontoise (Bernat de Saint Salvy, Joseph Vivent, Etienne Moisset)... Son oeuvre a été publiée de son vivant dans deux recueils : Passe temps (en 1835 à Toulouse, 1842 Montauban) et Olympienne (1844 et 1866). 

Ecrits de Georges Passerat

Basile CASSAIGNEAU

Né à Lamothe Cumont le 27 mai 1821 et décédé à Beaumont le 1er décembre 1904. "Médecin de la Lomagne", d'après sa propre expression, le félibre gascon le plus connu n'a jamais quitté son pays natal. La richesse de Cassaigneau provient de l'originalité de sa langue car il écrit en lomagnol et sauve des pans entiers de la culture populaire. Il apparaît tributaire de ses devanciers moins connus du grand public, les maîtres de l'école beaumontoise qui le précèdent d'une ou deux générations (Bernat de Saint Salvy, François Vivent et Etienne Moisset).

Ecrits de  Georges Passerat

Pierre FRAYSSINET

Né à Beaumont le 10 avril 1904 et décédé à Paris le 16 décembre 1929. Fils de Marc Frayssinet, avocat, journaliste, député de Castelsarrasin, maire de Beaumont..., conseiller général. Pierre Frayssinet, après de brillantes études de droit meurt à 25 ans en 1929. Après sa mort, ses amis publient la plus grande partie de son oeuvre. Signalons que l'un de ses plus fidèles amis s'appelle Marc Saint-Saens et que Gide et Giraudoux ont fait à son propos, des remarques élogieuses. Influencé par Mallarmé et Raymond de la Tailhède, Pierre Frayssinet s'est efforcé de concilier la pensée mystique du premier et l'art éclatant du second. 

Écrits de M. Maurières

Etienne MOISSET

Né à Beaumont le 14 novembre 1804 et décédé à Beaumont le 31 décembre 1894. Émule du "jovial" Bernard de Saint Salvy ..., ses chansons à caractère politique et galant se chantaient lors de "baloches" dans les cafés de Beaumont, au milieu du siècle dernier. Certaines sont restées populaires jusqu'à nos jours. 

Écrits de Georges Passerat

Bernard de SAINT-SALVY

Né à Beaumont le 27 août 1741 et décédé le 15 juillet 1792. Comme la famille de Pierre de Fermat, les ancêtres beaumontois du poète Bernard de Saint-Salvy appartiennent au milieu parlementaire toulousain... Noble, Philippe François Marie de Bernard de Saint Jean... signe ses oeuvres du nom de Bernat de Sent-Sauvi ... et s'adonne, sous ce titre, à la poésie.... 

Écrits de Georges Passerat

François VIVENT

Né à Beaumont le 3 mai 1806 et décédé à Beaumont le 2 mars 1875. "Médecin beaumontois, François Vivent se produit sur le théâtre de Beaumont pour faire rire ses compatriotes. Dans ses chansons satiriques, il dresse le portrait grinçant de ses compagnons de basoche. Le ton populiste de ses pièces rimées devait charmer la société de son temps. Dans son expression comme dans sa thématique, il reste tributaire de Bernard de Saint-Salvy." 

Écrits de Georges Passerat

PRÉDICATEURS ET HOMMES D'EGLISE


Félix CUEILLENS

né à Beaumont en 1617 et décédé à Toulouse le 9 février 1689. "Appelé à de hautes responsabilités dans l'ordre franciscain (religieux de l'observance), Félix Cuiellens est un prédicateur apprécié à la cour d'Anne d'Autriche. Il meurt en 1689 au couvent de Toulouse. Son oeuvre comporte deux volumes de sermons, des oraisons funèbres et une biographie de religieux." 

Écrits de Georges Passerat

François LOUME

né à Beaumont, à une date inconnue et décédé à Beaumont le 1er octobre 1728. "Prêtre lettré et savant, François Loumé est curé de Beaumont, laissant trace dans les archives comme bienfaiteur de l'Hospice de sa ville natale. Il figure parmi les poètes récompensés aux jeux floraux pour un chant triomphal en 1672." 

Écrits de Georges Passerat

Angel Eugène RAZOUA

né à Beaumont le 16 juillet 1830 et décédé à Genève le 29 juin 1878. "Après de brèves études au petit séminaire de Moissac, ce neuvième enfant de juge de paix s'engage à 16 ans dans la marine marchande... Journaliste d'opposition, il est arrêté, acquitté... mais n'en passe pas moins plusieurs mois en prison...  En février 1871, il est élu député de la Seine... il participe à la Commune... et après son échec, réussit à s'enfuir en Suisse." 

Écrits de M.Maurières 

HOMMES POLITIQUES


François HUGUENY et Pierre LE LONG

tous deux personnages importants de l'époque révolutionnaire.



Site généré avec le CMS UTOPIA développé par In-Cité Solution pour le CDG82 dans le cadre du PRAi