Accueil  >Pierre Fermat > Vie Professionnelle

 

Sa vie Professionnelle


Pierre Fermat quitte assez tôt Beaumont de Lomagne pour aller suivre des études de droit civil à Orléans puis à Toulouse où il assiste au cours de Raymond de Maran.

En 1631, il obtient son diplôme de bachelier agrégé en droit civil, la même année il épouse Louise Delong avec qui il aura cinq enfants.

Depuis 1627, il est inscrit au barreau et en 1630 il achète l’office de conseiller du Roi et de commissaire aux requêtes au Parlement de Toulouse. A partir de là, commence son ascension professionnelle au sein du Parlement.

SON ASCENSION PROFESSIONNELLE

En 1630, il achète la charge de conseiller au Parlement et de commissaire aux requêtes du Palais, à la veuve de feu Pierre de Carrière, pour la somme de 43 500 livres. C’est un poste de débutant qui permet de se familiariser avec les affaires mais son titulaire ne peut accéder aux autres grades de la hiérarchie judiciaire qu’en acquérant une autre charge. Aussi, en 1637, il achète l’office de Raynaldy qu’il conservera toute sa vie et devient conseiller ordinaire du Roi à la Chambre d’Enquêtes. Il y restera 14 ans. Puis, il accède peu à peu aux postes les plus élevés du Parlement : la Chambre Criminelle ou Tournelle en 1652, la Grand’Chambre en 1654. 

Toulouse n’est pas la seule ville où Pierre Fermat exerça son activité de magistrat car chaque année un certain nombre de conseillers au Parlement étaient détachés et s’en allaient siéger à la Chambre de l’Édit à Castres. A partir de 1638, Fermat s’y rend régulièrement.

LA CHAMBRE DE L'ÉDIT

Organisée sous le règne de Henri IV, installée à Castres en 1596 et confirmée par l’Édit de Nantes de 1598, la Chambre de l’Édit est une juridiction spéciale destinée à intervenir dans les conflits entre catholiques et protestants. Jusqu'en 1632, elle fut déplacée dans plusieurs villes du Languedoc pour revenir ensuite, définitivement, à Castres.

Elle est composée d’un nombre égal de conseillers des deux religions. Mais, tandis que ses membres réformés sont titulaires d’un office analogue en tous points aux offices de justice du royaume, donc perpétuel, aliénable, héréditaire, ses membres catholiques sont des commissaires choisis parmi les conseillers du Parlement de Toulouse. Ils recevaient une commission spéciale dont la durée était limitée à une année, leur service pouvait être prolongé au-delà mais, à la fin de cette deuxième année, ils étaient tenus de rentrer à Toulouse. 

Ainsi, après avoir siégé à la Chambre de l’Édit de Castres une première fois en 1638, Fermat fut reconduit pour les années judiciaires 1644-45, 1648-49, 1655-56, 1663-64.

Pierre Fermat aimait travailler à la Chambre de l'Édit à Castres, car pour faciliter sa nomination, il n'hésitait pas à faire intervenir ses amis influents auprès du Conseil du Roi, notamment Cureau de la Chambre, premier médecin du Roi et le Chancelier Séguier.

C’est à Castres qu’il mourut le 12 janvier 1665.

Page suivante Un amateur de génie


CONTACT Fermat Science 3 rue Pierre Fermat 82500 BEAUMONT DE LOMAGNE
Tél. : 05.63.26.52.30 - contact(at)fermat-science.com - http://www.fermat-science.com

Site généré avec le CMS UTOPIA développé par In-Cité Solution pour le CDG82 dans le cadre du PRAi